Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un mercredi à la maison

Un mercredi à la maison

pour toute la famille, pour les recettes de cuisine, pour les sorties, pour les trucs et astuces, pour parler de ce qui nous entoure, pour rire autour des paroles d'enfants !

Osons communiquer

Osons communiquer

Des secrets de famille aux tabous, en passant par les préjugés, la communication n'est pas le point fort des français. Aujourd'hui, il est au coeur de l'actualité, on le retrouve dans les magazines, dans les séances de psychanalyse car il a trop souvent été absent entre adultes et conduit à des situations qui pourraient paraître sans solutions sur le moment. Il est également au coeur de l'éducation de nos enfants, peut-être parce que nous ne voulons pas reproduire ce que nous avons vécu.

Osons communiquer

La communication passe avant tout par une écoute de l'autre. Personne n'est le nombril du monde. On est entouré de gens différents, tout aussi intéressants les uns que les autres, qui peuvent ou non avoir peu de points communs avec vous, mais faut-il pour autant les juger et ne pas les écouter.

Ecouter l'autre sans répondre, écouter l'autre en oubliant la réponse que vous pourriez lui faire, c'est être capable de ressentir ses émotions.

Quand on lit des sujets tels que les femmes veulent être écoutées sans forcément avoir de réponse, c'est faux ! Elles veulent échanger, être rassurées et si vous êtes capables de ressentir ce qu'elles éprouvent, alors l'écoute est là.

Si vous n'avez pas le temps d'écouter vos enfants, grosse erreur ! Posez-vous, même quand vous n'êtes pas disponible. Pourquoi ? Parce que votre enfant veut se confier, et cela passe avant votre ménage ou votre travail. Si vous ne l'écoutez pas, alors il ne se confiera plus, vous ne respectez pas ce qu'il avait envie de vous dire...et vous ne résoudrez rien. Une peine de coeur par exemple arrive à tout âge et ça fait mal : sans entrer dans les phrases toutes faites qu'on a pu entendre "ça passera" ou encore "les amours, ça va ça vient", vous devez l'écouter.

Communiquer, c'est écouter !

Osons communiquer

Communiquer, un jeu d'enfant ?

Si c'était si simple...

Qui n'a pas entendu, petit, dire aux garçons "un homme ça ne pleure pas !". Et ces phrases absurdes ont fragilisé bon nombre de personnes. La confiance fait pourtant partie de la relation éducative. Etre parent, c'est faire confiance à son enfant, pour qu'il prenne confiance en lui, qu'il ait confiance en moi, qu'il ait confiance en l'autre. Et pour développer cette confiance, il faut communiquer.

Il faut savoir être crédible auprès de son enfant : être cohérent entre ce qu'on dit et ce qu'on fait. Il ne s'agit pas d'être des parents exemplaires. Si cela existait, cela se saurait ;0). C'est aussi rassurant pour son enfant de voir ses parents "imparfaits" ou fragilisés. Il faut par exemple savoir dire à ses enfants quand on ne sait pas répondre à sa question : il m'est arrivé "d'inviter" mes enfants à faire des recherches dans l'encyclopédie de mon fils ou sur internet pour répondre à une question. Avant cela, j'ai expliqué que les adultes continuaient d'apprendre et que c'était enrichissant de pouvoir le faire avec ses enfants. Ils ont été surpris de savoir que leur maman ne savait pas tout et que même l'institutrice ne pourrait pas tout savoir !

Il faut être bienveillant en reconnaissant le droit à l'erreur et là il ne s'agit pas que des enfants. Accepter une remise en cause de l'autre c'est l'inviter à se confier et ne pas s'isoler.

Et il faut être juste. Pour illustrer ces propos, je vais prendre un exemple de ma vie quotidienne. Mes enfants n'ont pas la chance d'avoir leurs parents réunis et réclament l'un ou l'autre en son absence. Je les rassure en leur disant que ce qui compte c'est profiter de leur parent présent, profiter du moment, de l'amour que nous leur portons et non pas le nombre de fois que nous passons avec eux.

Osons communiquer

Et si c'est difficile de communiquer, c'est parce que nous adultes, nous ne savons pas utiliser les mots.

Devant un événement qui touche la vie d'une famille, ne rien dire à l'enfant, c'est le laisser interpréter et c'est pire. Tout dire est impossible, dire ce qui peut être cru ou violent, pourrait le déstabiliser, mais le laisser sans explications, c'est le laisser théoriser son propre monde, l'ignorer en tant que personne. Et cela vaut également entre adultes.

Je prends l'exemple de la mort, un mot que les adultes ont des difficultés à prononcer car cela pourrait "choquer". Or les enfants ne maîtrisent pas les valeurs du langage. Quand nous avons perdu notre chienne qui nous a accompagné pendant 12 ans, j'ai voulu annoncer à mes enfants le plus simplement possible sans prononcer le mot et mon fils m'a demandé "elle est morte ?". J'ai partagé avec eux la douleur, je ne leur ai pas caché cette mort, et aujourd'hui, on en parle encore, on pleure aussi, mais ils ne gardent pas ce sujet pour eux.

Les enfants ont tendance à être crus dans leurs propos. Je me souviens d'une réflexion de mon aîné après la séparation avec son père "tu vas pas pleurer tous les jours quand même". Il a exprimé ce qu'il voyait, n'a pas ressenti l'émotion, ce qui est normal dans ses yeux d'enfant.

Osons communiquer

J'ai adopté depuis que je suis seule la communication non violente avec mes enfants : pourquoi leur râler dessus ? c'est usant ! pourquoi crier ? parce que je suis fatiguée !

Véritables éponges de mes émotions, j'ai cru urgent de devoir changer ma communication : les écouter, comprendre et résoudre les conflits, partager, échanger, les valoriser, communiquer...

Cela n'entache pas mon autorité, car nous avons établi une relation de confiance et nous communiquons sereinement sur beaucoup de sujets. Tout en gardant chacun sa place d'adulte et d'enfant, nous essayons de mieux vivre ainsi...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article